Suite à une réflexion sur le livre d'une amie, je suis allée voir le film avant hier. 

A la question de mon chéri "c'est quoi comme film?", j'ai répondu : "j'sais pas, un truc genre bagdad café je crois, en tous les cas, je prends mes mouchoirs". Vous dire que j'ai bien fait de les prendre est un euphémisme!!!!! (toujours la faute aux neurones miroir)

Alors oui j'ai pleuré, non, je vous raconterai pas l'histoire (pas besoin, c'est juste géant, courez-y), mais pffff qu'est-ce que ça fait du bien! 

En sortant, j'essuie (plus ou moins) discrètement mes larmes, me mouche (dignement), pompe le mascara (je me maquille même pas tous les jours, il a fallu que j'y aille un jour avec!) et tente d'émerger. C'est un de ces films (rares) où on préfère être seule. Pas envie de parler, juste reprendre pied dans la réalité de l'époque, laisser son esprit vagabonder, les liens se faire, les larmes se sécher, la gorge se dénouer (bon j'en ai plein encore mais j'arrête là).

Et une question en filigrane, comment je vais gérer le Mali...